Dr Morissanda Kouyaté


Les Droits ne s'octroient pas; ils se conquièrent.

 

J'ai serré la main du Général.

Ce samedi 21 novembre 2015, au siège de l'Union Africaine à Addis Abéba, le Comité Inter-Africain a participé à la célébration du 25ème anniversaire de la charte africaine des droits et du bien-être de l'enfant. 
J'ai donné dans ce cadre, une conférence sur les pratiques traditionnelles affectant la santé des femmes et des enfants. 
Parmi mes auditeurs il y avait le célèbre Général Canadien Roméo Dallaire, ancien Commandant de la Mission des Nations Unies au Rwanda (MINUAR) qui avait, en vain, attiré l'attention de la communauté internationale sur le génocide au Rwanda en 1994. Il a écrit un poignant livre avec le titre "J'ai serré la main du diable". 
Après ma conférence j'ai eu l'honneur de discuter avec le Général Dallaire et il m'a dit que les images des mutilations génitales que j'ai montrées étaient aussi choquantes que les images du génocide et qu'il faut que tout le monde s'engage contre les MGF. Merci mon Général !
La lutte continue !

Should candidates for suicide be encouraged?

It was with great sadness and concern that I read the interview with Bettina Shell-Duncan, anthropologist, entitled: “Why Some Women Choose to Get Circumcised”.

Based on the modest experience of 30 years’ activity of the Inter-African Committee in the fight for the elimination of female genital mutilation, I would like, once again, to emphasize that we must avoid falling into the trap set by those who seek fame and free publicity by opposing human achievements proven to be for the good of humanity, such as the fight to eradicate FGM in the world.

African women, and men (since men are the indirect target group of FGM), who are in majority the victims of this horrible practice, which is traditional not cultural, agree to engage fully in the campaign against this plague at all levels: community, national as well as regional through the African Union and African Heads of State. In order to show their willingness and commitment, and thanks to the advocacy of the Inter-African Committee and its partners, the African Heads of State not only adopted, in 2003, the Protocol to the African Charter on Human and Peoples’ Rights, on the Rights of Women, in which article 5 is exclusively dedicated to FGM; they also requested and obtained from the United Nations General Assembly the vote of Resolution 67/146 on the elimination of female genital mutilation, rightly considered a serious violation of human rights. Twenty African countries already have specific laws against FGM.

Refusing any navel-gazing and considering the problem of FGM as a universal challenge, the Africans are convinced that only a global mobilization will put an end to this harmful and degrading practice. This is why the prevalence of FGM is decreasing worldwide even though progress is slow. The achievements and results registered were unhoped for in the beginning of the fight.

I have always said that the fight for the elimination of female genital mutilation will not be won in air-conditioned amphitheaters with slides describing an African society of cave-dwellers entangled in harmful practices. An Africa that pathetic anthropologists strive to magnify in order to make people dream away from a world that is economically, politically and socially suffocating. The inexorable victory over FGM will be achieved through joint efforts throughout the world.

During the debate arising from the above-mentioned article, some compare female genital mutilation with male circumcision but they cannot be compared. If they were to be compared, the male circumciser should make the incision some 10 cm higher up.

Since Africa and the rest of the world say no to female genital mutilation, I make an urgent appeal to all actors: international, regional and national organizations, civil society and other good wills to devote their intelligence, their time, their forces and their resources to the fight for the elimination of this degrading practice and to ignore any provocation for promotional purposes.

I am a medical doctor not an anthropologist; but the only lesson I have learnt from anthropology is that in order to better observe a social group or community you need to apply the strategy called “participatory observation”, i.e. become immersed in the group, do exactly what it does and endure exactly what its members endure.

If the anthropologists interested in the phenomenon of female genital mutilation were to use the participatory observation approach, they would certainly not give the same idyllic description of what the victims of FGM are subjected to and we would have less controversy and debates.

Unfortunately, the victims of female genital mutilation are innocent girls and women who suffer the horrors of a harmful practice.

Instead of studying them from an anthropologic point of view, let us save them!

UNICEF reveal the truth about the fight against FGM

Congratulating UNICEF for the vast and very important research done on FGM, I'm like everyone else, stunned by the results for Senegal. While we were rehashed for many years that the universal solution to eliminate FGM was found in Senegal by Tostan, after spending millions of dollars to support this approach, after ignoring the tremendous work done by others such as the Inter-African Committee (IAC), EqualityNow, No Peace Without Justice, GAMS-France-Belgium GAMS, FORWARD, etc.. those who sold the single thought, are embarrassed with the results of research by UNICEF for Senegal. Senegal is a country where FGM is practiced by ethnic group minorities (Pulaar and Mandingo). So tell me, if the universal solution was incapable to change the attitude of a minority in one country, how it purports to change Africa and the world to eliminate FGM.
Not theories produced in universities, out of Africa, ignoring the realities on the ground that could change the attitude of African populations practicing FGM. Even if they are well presented as universal solution.

The Science and the truth have spoken. FGM is a plague, a crime and a grave violation of the rights of women and girls, as such, FGM must be fought with all available strategies: education, advocacy, legislation and strong law, conversion of former practitioners, psycho-medical care for victims, and this, at all levels: communities, national, regional and international.

We can not continue to beg parents who, in full knowledge, ignoring all the information given to them about FGM, continue to submit their daughters to FGM. Such parents and relatives should find the law in all its rigor, in front of them.

The IAC is grateful and congratulates all partners and donors who,for decades, accompanied activists in this fight against FGM; without them, we would never reverse the curve of FGM. However, it should be noted that donors who will overlook highlight the results of this research done by UNICEF, continuing to do things as in the past, should be questioned about their real purpose.

(Law fully implemented) + (awareness and advocacy at all levels) = End FGM

Dr. Morissanda Kouyaté
Executive Director of the Inter-African Committee (IAC)

An important victory over Female Genital Mutilation (FGM)

The United Nations General Assembly adopts a resolution banning the practice

-----

By Dr. Morissanda Kouyaté, Executive Director of the Inter-African Committee on traditional practices affecting the health of women and children (IAC)

-----

Having registered the adoption by the United Nations General Assembly of Resolution A/C.3/67/L.21/Rev.1 banning Female Genital Mutilation worldwide, the 20 December 2012 is now marked in shining letters in the history of the struggle for the elimination of this harmful and absurd traditional practice.

From scattered villages in the African forests and savannahs to the glass palace of Manhattan, the United Nations headquarters, the road has been long, sinuous and filled with social, political and economical challenges.

At the creation of the Inter-African Committee on 6 February 1984 in Dakar, Senegal, African women and men, convinced and committed and supported by partners throughout the world, had sworn to put an end to harmful traditional practices in general, and to female genital mutilation in particular. At present composed of 29 African member countries and 17 affiliated non-African countries, the IAC did not now at the time that this objective was titanic.

With the help of picture boxes, slides, videos, conferences and debates, advocacy, information and sensitization of communities, religious leaders, excisers, information and communication professionals, both traditional and modern, political leaders, legal and health professionals, teachers and educators, members of Parliament, women, men, youth, corporations, in other words all sectors of society, we have first broken the taboo surrounding this practice, before giving proof that it is one of the worst and obvious violations of the rights and physical and psychological integrity of women and girls. We have worked at four different levels: community, national, regional and international.

Regarded as impious, as missionaries in disguise sent out by “the whites”, as acculturates, as utopians, we have faced, during more than two decades, massive criticism often coming from African vindictive intellectuals. In addition, we have also faced sermons from some religious leaders who were religious in nothing but name. We never abandoned our fight or, even less, gave in to discouragement.

Thanks to a strategy focused on five axes (advocacy and sensitization, legislation, retraining of excisers, care for victims and networking), mobilizing all IAC partners, the first positive results were registered, notably the adoption of anti FGM laws in 20 African countries and in 12 non African countries; the adoption by African Heads of State of the protocol to the African Charter on Human and Peoples’ Rights, on the Rights of Women in Africa; the creation of networks of African religious leaders, of youth, of health professionals, of journalists and traditional communicators, of parliamentarians; the adoption of the 6th February as International Day of Zero Tolerance to FGM.

The most important result is the substantial decrease in the prevalence of FGM in all the countries where the practice exists.

The Inter-African Committee, convinced that FGM is a violation of the rights of women and girls, and that these rights are universal, has adopted a simple concept: universal solutions to universal problems.

Based on this observation, the IAC launched, in 2010 a draft resolution of the United Nations General Assembly banning female genital mutilation worldwide, in partnership with No Peace Without Justice (NPWJ) and La Palabre, and under the international coordination of Mrs. Chantal Compaoré, First Lady of Burkina Faso and IAC Goodwill Ambassador.

Burkina Faso and its dynamic diplomacy took the forefront to translate this IAC initiative into a political and diplomatic reality. We welcome the important role played by the Ambassadors Michel Kafando, Bruno Nongoma Zidouemba, Der Kogda and their staffs.

A significant step forward was the decision by the African Heads of State, during the summit of the African Union, held in July 2011 in Malabo, Equatorial Guinea, to recommend and support the resolution on FGM, to the United Nations General Assembly at its 67th session.

During our campaign, several African and international personalities were mobilized, notably Madame Djènè Condé, First Lady of the Republic of Guinée; Madame Malika Issoufou Mahamadou, First Lady of the Republic of Niger; Madame Antoinette Sassou N’Guessou, First Lady of the Republic of Congo; Madame Chantal de Souza Yayi, First Lady of Benin; Mrs. Elsie Christofias, First Lady of Cyprus; Madame Hadidja Aboubacar, First Lady of The Comoros; Mrs. Emma Bonino, Vice President of the Italian senate; Mrs. Michelle Bachelet, Executive Director of UN Women; Mr. Babatunde Osotimehin, Executive Director of UNFPA; Mr. Tété Antonio, African Union Permanent Observer to the United Nations; Mr. Filippe Savadogo, Permanent Representative of the Organisation internationale de la francophonie to the United Nations Unies; Mr. Bertin Babadoudou, First Counsellor of the Permanent Representation of Benin to the United Nations.

Following intensive advocacy activities vis-à-vis the diplomatic representations, notably the African ambassadors’ group to the UN which as a result made considerable efforts, the Third Committee of the UN General Assembly adopted, on 26 November 2012, the draft resolution “Intensifying Global Efforts for the elimination of female genital mutilation”.

On the 20 December 2012, in the bitter cold of New York, representing millions of women and girls, especially African, and on behalf of thousands of activists and partners and, above all, on behalf of our 29 national committees, 17 affiliates and the Goodwill Ambassador of the Inter-African Committee, we were present at the very moment when the plenary adopted the resolution: Madame Mariam Lamizana, President of IAC, Dr. Morissanda Kouyaté, Executive Director of IAC, Mr. Niccolo Figa-Talamanca, Secretary General of NPWJ, Alvilda Jablonko, Ilwad Elmi and Gianluca Eramo of NPWJ. The Chairman of the General Assembly banged the gavel indicating that by consensus, i.e. unanimously, the 193 member countries of the United Nations had adopted a historical resolution banning female genital mutilation worldwide.

This is the end of a battle that we won, but not the end of the war against female genital mutilation, which will inexorably be defeated one day. The struggle continues!

Une importante victoire sur les Mutilations Génitales Féminines (MGF)

L’Assemblée Générale des Nations Unies adopte une résolution interdisant la pratique.

------

Par Dr Morissanda Kouyaté, Directeur Exécutif du Comité Inter-Africain sur les pratiques traditionnelles ayant effet sur la santé des femmes et des enfants (CI-AF)

--------

Après avoir enregistré l’adoption par l’Assemblée générale des Nations Unies, de la Résolution A/C.3/67/L.21/Rev.1* interdisant les Mutilations Génitales Féminines dans le monde, le 20 décembre 2012 s’inscrit désormais en lettres de lumière dans l’histoire de la lutte pour l’élimination de cette pratique traditionnelle néfaste et absurde.

Depuis les villages éparpillés dans les savanes et les forêts africaines, jusqu’au palais de verre de Manhattan, siège des Nations Unies, le chemin a été long, sinueux et semé d’embûches sociales, politiques et économiques.

A la création du Comité Inter-Africain le 6 février 1984, à Dakar au Sénégal, des africaines et des africains engagés et convaincus, soutenus par de bonnes volontés à travers le monde, avaient juré de mettre fin aux pratiques traditionnelles néfastes en général, et aux mutilations génitales féminines, en particulier. Composé aujourd’hui de 29 pays africains et 17 pays affiliés non africains, le CI-AF était loin de se douter que l’objectif qu’il venait de se fixer était titanesque.

Par des boîtes à images, des diapositives, des films, des conférences-débats, des séances de plaidoyer, de sensibilisation et d’animation à l’intention des communautés, des leaders religieux, des exciseuses et des exciseurs, des professionnels de l’information, de la communication traditionnelle et moderne, des leaders politiques, des professionnels de la loi, des professionnels de la santé, des enseignants et éducateurs, des députés, des femmes, des hommes, des jeunes, des corporations, bref, de toutes les composantes de la société, nous avons tout d’abord brisé le tabou autour de cette pratique, avant de prouver qu’elle était une des pires et flagrantes violations des droits et de l’intégrité physique et psychologique des femmes et des filles. Nous avons agi à quatre niveaux : communautaire, national, régional et international.

Taxés de mécréants, de nouveaux missionnaires déguisés des ‘’blancs’’, d’acculturés, d’utopistes, nous avons reçu pendant plus de deux décennies, des salves de critiques provenant souvent d’intellectuels africains revanchards, mais aussi et durement, de prêches de certains chefs religieux qui n’avaient de religieux que le turban qu’ils portaient. Jamais nous n’avons abandonné la lutte, encore moins, cédé au découragement.

Grâce à une stratégie sur cinq axes (plaidoyer et sensibilisation, loi, reconversion des exciseuses et exciseurs, prise en charge des victimes, et réseautage) mobilisant tous les partenaires du Comité Inter-Africain, les premiers résultats positifs apparurent, notamment, l’adoption de lois anti-MGF dans 20 pays africains et 12 pays non africains ; l’adoption par les Chefs d’États Africains du protocole à la charte africaine des droits de l’homme et des peuples, relatif aux droits des femmes ; le dépôt des couteaux de l’excision par des centaines d’exciseuses soutenues par leurs communautés, à travers l’Afrique ; la création de réseaux africains de leaders religieux, de jeunes, de professionnels de la santé, de journalistes et de communicateurs traditionnels, de parlementaires ; l’adoption du 6 février comme Journée internationale Tolérance Zéro aux MGF. Le résultat le plus important est la baisse très sensible de la prévalence des MGF dans tous les pays où la pratique a cours.

Le Comité Inter-Africain, convaincu que les MGF sont une violation des droits des femmes et des filles, et que les droits sont universels, a posé un axiome simple : aux problèmes universels, des réponses universelles.

C’est à partir de cette considération qu’en 2010, le CI-AF, en partenariat avec ‘’No Peace Without Justice (NPWJ)’’ et ‘’La Palabre’’, a lancé, sous la coordination internationale de Mme Chantal Compaoré, Première Dame du Burkina Faso, Ambassadrice de Bonne Volonté du CI-AF, le projet d’une résolution de l’Assemblée générale des Nations Unies, interdisant les Mutilations Génitales Féminines dans le monde.

Le Burkina Faso et sa dynamique diplomatie se mirent au premier plan pour traduire cette initiative du CI-AF, en réalité politique et diplomatique. Il faut saluer l’important rôle joué par les ambassadeurs Michel Kafando, Bruno Nongoma Zidouemba, Der Kogda et leurs staffs.

L’une des étapes importantes fut la décision des Chefs d’États africains au sommet de l’Union Africaine, tenu en juillet 2011 à Malabo en Guinée Équatoriale, de recommander et de soutenir cette initiative de résolution sur les MGF, auprès de la 67ème session de l’Assemblée générale des Nations Unies.

Au cours de notre campagne, plusieurs personnalités africaines et internationales furent mobilisées, notamment Mme Djènè Condé, Première Dame de la République de Guinée ; Mme Malika Issoufou Mahamadou, Première Dame de la République du Niger ; Mme Antoinette Sassou N’Guesso, Première Dame de la République du Congo ; Mme Chantal de Souza Yayi, Première Dame du Bénin ; Mme Elsie Christofias, Première Dame de Chypre ; Mme Hadidja Aboubacar, Première Dame des Comores ; Mme Emma Bonino, Vice-Présidente du Sénat Italien ; Mme Michelle Bachelet, Directrice Exécutive d’ONU Femmes ; M. Babatunde Osotimehin, Directeur Exécutif de l’UNFPA ; M. Tété Antonio, Observateur permanent de l’Union Africaine auprès des Nations Unies ; M. Filippe Savadogo, Représentant Permanent de l’Organisation internationale de la francophonie auprès des Nations Unies ; M. Bertin Babadoudou, Premier Conseiller de la Représentation Permanente du Bénin auprès des Nations Unies.

Suite à d’intenses séances de plaidoyer auprès des représentations diplomatiques, notamment le groupe africain des ambassadeurs auprès de l’ONU, qui a déployé, par la suite, d’immenses efforts, la Troisième Commission de l’Assemblée générale adopta le 26 novembre 2012, la résolution intitulée <<Intensification de l’action mondiale visant à éliminer les mutilations génitales féminines. >>

Le 20 décembre 2012, sous le froid presque glacial de New York, représentant des millions de femmes, de filles, surtout africaines ; au nom de milliers d’activistes, de partenaires et surtout au nom des 29 comités nationaux, des 17 affiliés et de l’Ambassadrice de Bonne Volonté du Comité Inter-Africain, nous étions dans la salle lors de la plénière qui adopta la résolution : Mme Mariam Lamizana, Présidente du CI-AF, Dr Morissanda Kouyaté, Directeur Exécutif du CI-AF, M. Niccolo Figa-Talamanca, Secrétaire Général de NPWJ, Alvilda Jablonko, Ilwad Elmi et Gianluca Eramo de NPWJ. Le marteau du président de l’assemblée générale s’abattit sur la table, indiquant que, par consensus, c'est-à-dire à l’unanimité, les 193 pays membres des Nations Unies viennent d’adopter la résolution historique bannissant les Mutilations Génitales Féminines dans le monde.

C’est la fin d’une bataille, certes gagnée, mais pas celle de la guerre contre les Mutilations Génitales Féminines qui seront inexorablement vaincues.

La lutte continue !

Réflexions du Dr Morissanda KOUYATE Directeur des Opérations du Comité Inter-Africain (CI-AF)

Sur la tentative de changement d’appellation des Mutilations Génitales Féminines (MGF)

     Par respect pour des millions de filles et femmes africaines qui payent de leur chair, arrêtons la danse des mots  autour des Mutilations Génitales Féminines (MGF) 

Avant de  me lancer dans la discussion ou plutôt avant de livrer mon opinion, une question importante me taraude  : Pourquoi, 24 après ans que l’Afrique ait officiellement déclaré son engagement à éliminer les Pratiques Traditionnelles Néfastes en général et les Mutilations Génitales Féminines (MGF) en particulier, par la création du Comité Inter-Africain  pourquoi pendant que nous enregistrons des résultats inespérés avec l’aide de la communauté mondiale  pourquoi chercher à orienter l’action sur le terrain de la bataille sémantique ?

Je ne le sais pas, mais je m’engage dans la bataille car ne rien faire, c’est au fait, laisser gagner ceux qui font quelque chose, que ce soit en bien ou en mal.

Nous constatons depuis quelques années le lancement à peine voilé d’une bataille sémantique dans la lutte pour l’élimination des Pratiques Traditionnelles Néfastes, à des fins inavouées et inexpliquées. Les exemples sont nombreux et en voici quelques uns :

Ne dites plus Lutter contre les MGF! Dites faire abandonner les MGF !

Ne dites plus élimination des MGF ! Dites abandonnement des MGF!

Ne dites plus sensibiliser ! Dites animer !

Ne dites plus général, total ou ensemble ! Dites holistique !

Et maintenant, ne dites plus Mutilations Génitales Féminines (MGF), dites FGC (Female Genital Cutting) ce qui signifie littéralement en français Mutilations Génitales Coupant. J’emploie ‘’coupant’’ parce que c’est la seule traduction possible que j’ai trouvée pour le terme anglais ‘’Cutting’’. Personne n’a jusqu’ici cherché à le traduire en français.

Je comprends parfaitement qu’après trois siècles d’esclavage et de traite des noirs, après des dizaines d’années de colonisation de l’Afrique, et dans un monde dit moderne, gravement entaché de stigmatisation, de sous-estimation et d’exclusion à l’encontre des africains, je comprends que certains mots aient leur pesant d’or surtout dans un domaine qui est socialement, historiquement, anthropologiquement et politiquement  sensible : les Mutilations Génitales Féminines (MGF).

Je comprends que  ‘’le politiquement correct’’ refasse surface dans le domaine de la lutte pour l’élimination des MGF pour des gens qui ont longtemps qualifié les africains de peuplades barbares.

Mais je comprends surtout que l’on doit mieux comprendre ce qui se joue autour des Mutilations Génitales Féminines (MGF).

Aujourd’hui, le débat se concentre sur le terme MUTILATIONS qui serait devenu après vingt deux ans de loyaux services, impropre à la consommation.

Je voudrais tout de suite rappeler une évidence : ce mot MUTILATIONS n’est ni swahili, ni lingala, ni mandingue, ni amharique, ni ouolof, ni peulh…il n’est pas africain, même si la pratique qu’il désigne l’est profondément.

Demandez aux communautés africaines comment appellent-elles cette pratique et vous entendrez  ce qui suit :

·       Au Mali, en Guinée, au Burkina Faso : Bolokoli (laver les mains)  Nèguè korossi (faire asseoir sous le fer)  Kodjigui (aller à la rivière)

·       En Somalie : Gudniin Fircooni (enlever selon le Pharaon d’Egypte)

·       Au Soudan : Khifad, Khitan Elbanat (purifier)

Chaque pays africain, voire chaque communauté africaine qui pratique les MGF a une appellation locale propre et significative.

Cela démontre clairement que les discussions sur le mot ‘’mutilations’’ sont des discussions d’amphithéâtre, d’universitaires, d’activistes déboussolés, d’anthropologues ombrageux, de politiciens indécis, d’intellectuels aux racines flottantes, qui se dispensent volontairement de savoir que l’immense majorité des communautés africaines pour lesquelles on veut choisir ‘’COUPANT/CUTTING’’ à la place de MUTILATIONS, ne savent ni lire ni écrire  par la faute de qui ?

Par respect donc pour ces millions de femmes et de filles africaines auxquelles on enlève des organes précieux, il faut arrêter de dire que c’est pour ne pas heurter la sensibilité de la vieille exciseuse, de la vaillante paysanne ou du chef traditionnel africains, bref des communautés africaines, que le terme ‘’mutilations’’ doit être rejeté.

Je comprends aussi que certaines de nos braves sœurs africaines qui ploient sous le joug de la violence, de la discrimination et de l’exclusion à travers le monde, refusent de porter un label péjoratif supplémentaire : mutilées.

Mais nous devons regarder la réalité en face.

Souvenons-nous ! Certains de ceux qui se battent aujourd’hui pour faire danser les mots autour du malheur des filles et des femmes africaines, sont les mêmes qui nous contredisaient dans les conférences internationales en soutenant que nous n’avons pas le droit de dénoncer les Mutilations Génitales Féminines (MGF) car elles sont une partie de notre propre culture africaine.

Non seulement les africains ont continué  à combattre ce fléau, mais ils se sont mieux organisés en créant le 6 février 1984 à Dakar, le Comité Inter-Africain sur les pratiques traditionnelles affectant la santé des femmes et des enfants qui regroupe aujourd’hui 28 pays africains et plusieurs affiliés à travers le monde. Mais les pièges sont nombreux dans ce combat. Le plus redoutable est le piège des mots et des concepts qui est un des plus efficaces moyens d’attraper les consciences.  

Souvenons-nous à titre d’exemple : les programmes d’ajustement structurel. Durant plus de 20 ans, l’Afrique a reçu en pleine figure ce concept né de l’imagination de quelques afro-pessimistes, sous forme de panacée socio-économique. Des jeunes étudiants africains ont été fabriqués spécialement pour défendre ce concept  des populations entières ont perdu leurs repères  des milliers de travailleurs qui nourrissaient dignement leurs familles ont été jetées dans la rue  des leaders nationalistes africains ont été discrédités ou simplement torpillés pour avoir douté de ce programme. Au bout du compte, plusieurs pays africains ont débrayé, rétrogradant dans un état pire qu’avant d’avoir avalé la pilule miracle. Et ceux qui ont conçu ce monstre de programme, libres de toute comptabilité vis-à-vis de leurs victimes, ont simplement annoncé sur les médias internationaux qu’il y a eu ERREUR   Qu’en fait, il faut passer à autre chose : LA LUTTE CONTRE LA PAUVRETE.

Voilà des chauffeurs qui renversent leurs voitures, tuent des passagers et se dirigent sans état d’âme pour aller repasser leurs permis de conduire.

Les choses ne se dérouleront pas de cette façon dans le domaine de la lutte pour l’élimination des Mutilations Génitales Féminines (MGF).

C’est pourquoi j’ai commencé par fixer le contour en précisant que les discussions sur les termes MGF et FGC sont entre nous, c’est-à-dire entre ceux qui sont allés loin à l’école. Cette fois-ci, nous refuserons que les communautés africaines soient prises en otage sous le prétexte que c’est pour les défendre ou les respecter que l’on cherche à remplacer ‘’MUTILATIONS’’ par ‘’COUPANT’’. Tout comme les colons qui juraient qu’ils venaient pour ‘’CIVILISER l’Afrique et donc pour son bien’’.

Pour les générations africaines du 21ème siècle, ce disque n’est pas rayé, il est cassé.

En tant qu’africain qui a voué sa vie à la lutte contre les Pratiques Traditionnelles Néfastes en général et les Mutilations Génitales Féminines (MGF) en particulier,  je me sens naturellement propulsé par le devoir et la responsabilité de défendre  les acquis de l’Afrique dans ce domaine, comme me l’ont si justement demandé nos comités nationaux.

Nous voudrions balayer la confusion pour nous permettre d’avancer dans la noble et exaltante lutte contre les Mutilations Génitales Féminines (MGF), tout en saluant et en remerciant nos partenaires à travers le monde, qui collaborent avec nous tout en respectant nos choix.

Pour nous en Afrique, nous reconnaissons sans complexe, que la pratique qui consiste à mutiler les organes génitaux féminins à des fins culturelles et non thérapeutiques s’appelle MUTILATIONS GENITALES FEMININES. Tout euphémisme du genre FGC méprise la douleur et la violation des droits des filles et des femmes qui en sont victimes.

Sept raisons fondamentales président au choix de MGF contre FGC.

Première Raison : Dans l’Encyclopédie Universalis, le terme mutilation est défini comme suit : amputation partielle ou totale d'un membre ou d'un organe  destruction partielle ou totale, dégradation d’un organe. Je n’ai pas trouvé d’autres termes qui décrivent mieux la pratique des MGF              Plus que l’Encyclopédie, les filles et les femmes qui ont été victimes de cette pratique décrivent mieux ce qu’elles ont subi. Une jeune femme guinéenne me disait :

<<Vous n’avez pas besoin d’expliquer la nocivité des MGF par leurs conséquences, aux femmes qui l’ont subie; la pratique se suffit à elle-même pour être  classée comme la chose la plus grave, juste devant mort  je dis d’ailleurs cela parce que je ne connais pas aussi profondément la mort. >>                   Aurais-je le courage d’aller expliquer à cette dame que certains pensent qu’elle a été simplement coupée et non mutilée ?

 Deuxième Raison : l’Organisation Mondiale de la Santé dont l’immense travail dans ce domaine doit être salué ici et qui est l’organisme spécialisé des Nations-Unies en matière de santé, donc la référence internationale, a classifié les MGF en 4 types :

1.     Le premier consiste à l’excision du prépuce avec ou sans excision d’une partie du clitoris 

2.     Le deuxième est l’ablation du clitoris avec une partie ou la totalité des petites lèvres 

3.     Le troisième est l’ablation des organes génitaux externes (clitoris, petites et grandes lèvres) suivie  de la suture des berges.

4.     Le quatrième varie dans un ensemble d’actes divers: percer, cautériser, gratter les organes génitaux ou l’orifice anal  introduire des substances corrosives et/ou des herbes et infusions dans les organes génitaux des filles et des femmes etc.

 Tous ces quatre types visent un seul but : détruire, endommager les organes génitaux féminins. Chaque type est un processus qui comprend plusieurs actes dont couper et suturer  il est illogique de remplacer un processus par un des actes qui le composent. En disant FGC c’est ce que l’on fait. Et d’ailleurs dans le quatrième type, on ne coupe souvent rien. Dans ce cas on pourrait parler aussi de MGP (Mutilation Génitale Perçante).

Troisième raison : Le Comité Inter-Africain composé de 28 pays africains où se pratiquent les MGF, qui est l’organisation pionnière en Afrique dans la lutte pour l’élimination des MGF, a fait deux importantes déclarations  affirmant que le terme MUTILATIONS était celui qui décrivait mieux la pratique dans son envergure sanitaire, social et légale. Il est important pour tous ceux qui veulent aider les africains à se débarrasser de ce fléau, de respecter ce choix des victimes et des acteurs africains.

Quatrième Raison : La communauté internationale (Nations-Unies) dans la Résolution A/RES/53/117 du 1er février 1999, de son Assemblée Générale, ainsi que dans tous ses documents officiels, consacre le terme ‘’MUTILATIONS GENITALES FEMININES’’.

Le Protocole à la Charte africaine des Droits de l’Homme et des Peuples relatif aux droits de la femme en Afrique conçu par l’Union Africaine et adopté le 11 juillet 2003 par l’ensemble des Chefs d’Etats africains, consacre le terme Mutilations Génitales Féminines (MGF).

Après avoir ainsi réussi à engager les dirigeants politiques africains et internationaux au plus haut niveau dans la lutte pour l’élimination des MGF, il serait gravissime de revenir les distraire avec un changement d’appellation à des fins inexpliquées et inavouées.

Cinquième Raison : En décembre 2005, le Comité Inter-Africain a réuni les leaders religieux (chrétiens et musulmans) provenant de ses 28 pays membres. Cet important symposium a été couronné par une déclaration qui  condamne sévèrement les Mutilations Génitales Féminines (MGF) parce que les livres saints interdisent toutes formes de mutilations. Ils ont par la suite créé le réseau des leaders religieux africains contre les MGF et pour la défense des droits des femmes et des enfants.

Malgré ce grand succès, des fondamentalistes religieux minoritaires continuent de soutenir les MGF comme une prescription religieuse  un de leurs arguments est qu’il est exagéré de dire que la pratique est une mutilation. Pour eux il s’agit de couper une petite partie de la femme pour la purifier sans intention de la mutiler. Voilàcomment les arguments des fondamentalistes religieux rejoignent parfaitement ceux des tenants du concept FGC. Pour les uns et les autres, le terme mutilation est une exagération.

Sixième Raison : Des intellectuels détracteurs de la lutte pour l’élimination des MGF, déclarent que c’est un mouvement venu des pays occidentaux et imposé à l’Afrique  durant ces vingt dernières années de travail de sensibilisation et de plaidoyer, nous avons réussi à prouver que la protection de la vie et des droits des femmes et des filles africaines est un devoir endogène sacré pour tous les africains. C’est ce qui a aidé le Comité Inter-Africain à obtenir des résultats importants, mais fragiles.

Revenir auprès de nos populations avec une nouvelle appellation (FGC) fabriquée au Nord, c’est apporter de l’eau au moulin des tenants de la théorie des idées importées.

Septième Raison : Les ressources humaines, matérielles et financières qui seront utilisées pour cette nouvelle campagne médiatique et sémantique  cherchant à remplacer MUTILATIONS par COUPANTE/CUTTING pourraient être investies dans la campagne de lutte pour sauver des milliers de jeunes filles africaines qui sont potentiellement des victimes.

Réviser les textes techniques, juridiques et politiques avec les conséquences graves qui en découleront, dans le simple but de remplacer MUTILATIONS par COUPANTE/CUTTING serait une tâche immense avec des résultats insignifiants, louches et compromettants.

En changeant d’appellation, nous ne devrions pas nous étonner que des textes légaux et juridiques deviennent caducs surtout lorsqu’ils seront manipulés par des avocats compétents dans la position de défendre des coupables de Mutilations Génitales Féminines (MGF).

Après avoir parlé brièvement de ces sept raisons, je dois insister sur le fait que si en anglais FGC = Female Genital Cutting, on ne sait pas encore ce que deviendra MGF en Français (coupante, coupure, coupeuse…) Il faudra des ressources humaines, de l’argent,  des séminaires et des conférences pour trouver un mot pendant que les exciseuses continueront à exciser les filles.

Soyons vigilants et mobilisés car dans un avenir proche, des conditionnalités de financement de projets de lutte pour l’élimination des MGF seront établies par rapport à l’utilisation des termes MUTILATIONS et COUPANT/CUTTING.Ceux qui auront mis MUTILATIONS et non COUPANT/CUTTING dans leurs documents de projet seront privés de certains financements, même si ce manque à gagner exposera des milliers de filles aux Mutilations Génitales Féminines (MGF).

Dépensons notre énergie, nos connaissances et toutes nos ressources à sensibiliser nos communautés afin qu’elles mettent fin aux Mutilations Génitales Féminines (MGF) en toute connaissance de cause. Durant ce travail gigantesque, évitons de nous gaspiller à des distractions théoriques et métaphysiques.

Car il faut avoir le courage de poser l’équation FGC = FEMALE GENITAL CONFUSION

Le Protocole n’est pas un cadeau pour les femmes ; c’est leur droit !

Je voudrais d’abord saluer l’Union Africaine pour l’adoption du Protocole à la Charte africaine des droits de l'Homme relatif aux droits des femmes ; cet important instrument juridique comble un déficit cruellement ressenti par les femmes et par toutes celles et tous ceux qui luttent pour aider les femmes africaines à conquérir tous leurs droits afin qu’elles remplissent tous leurs devoirs. Car ne l’oublions pas, nul ne peut convenablement accomplir ses devoirs si ses droits sont bafoués ou catégoriquement ignorés.

Il est curieux et intolérable de constater que d’importants instruments internationaux adoptés avec enthousiasme, disparaissent de la mémoire collective parce que tout simplement les États qui les ont adoptés, oublient volontairement de les ratifier. Nous devons donc tous, nous mobiliser pour éviter ce phénomène à l’acquis historique qu’est le protocole à la charte africaine des droits de l’Homme et des peuples relatif aux droits des femmes.

En adoptant ce protocole, l’Union Africaine a pris une sérieuse avance dans la protection des femmes et la reconnaissance de leurs droits. Maintenant il faut traduire cette volonté politique en acte concret par sa ratification.
            Le protocole traite de questions sensibles telles que les violences faites aux femmes en général et les Mutilations Génitales Féminines en particulier, les mariages précoces, le divorce, l’implication des femmes dans la prise de décisions sociopolitiques… toutes choses qui sont ancrées dans les tréfonds des sociétés africaines et auxquelles les gouvernants osent difficilement s’attaquer au plan national.
            Ce protocole est un instrument social, politique, économique et juridique qui protège les femmes africaines et qui, à ce titre, supplante tous les discours politiques pathétiques en faveur des femmes. La ratification du protocole est une occasion pour les états membres de l’Union Africaine de prouver qu’ils veulent mettre en œuvre leur volonté politique de restituer aux femmes tous leurs droits. Ceux qui ne l’auront pas fait, ne convaincront personne par l’octroi de quelques postes ministériels à un nombre insignifiant de femmes.
Il ne sert à rien aussi de courir derrière les fruits de la croissance économique si la majorité de la population, c’est-à-dire les femmes, ne peuvent même en bénéficier parce qu’occupées à subir la discrimination et la violence ; d’ailleurs, est-il vraiment possible de créer la croissance socio-économique avec des femmes confrontées à ces fléaux ?
            Ce protocole n’est pas un cadeau à offrir aux femmes, c’est leurs droits. Les états africains membres de l’Union Africaine doivent donc poursuivre leur volonté de restituer ces droits par la ratification et surtout par l’application effective de cet instrument.
            Dans l’Afrique des guerres et de la pauvreté, il y a de la place pour les droits femmes ; je suis convaincu que les femmes jouissant de tous leurs droits joueront un rôle d’extincteur et de pacificateur de notre continent.
            Des filles non mutilées, intègres, scolarisées et éduquées, mariées légalement à l’âge requis, indemnes de violences, épanouies, participant activement à la prise de décisions à tous les niveaux, voilà quelques résultats attendus de la mise en œuvre de ce protocole. Quel État ne le souhaiterait pas pour ses citoyennes ?

Ratifier et mettre en œuvre le protocole à la charte des droits de l’Homme et des peuples relatif aux droits des femmes en Afrique est donc une priorité pour nos États et tous leurs citoyens.
Que chacun s’y mette.                                                              Dr Morissanda KOUYATE

Participation au Séminaire de Las Palmas sur les Pratiques néfastes

Chez les braves femmes MassaÏ à Tasaru au Kenya

 

Comme les femmes de Kouroussa, ces femmes Massaï du Kenya ont abandonné les Mutilations Génitales Féminines (MGF). Je suis si fier et si heureux de me retrouver parmi elles.

 

 

                                                                     C'est un plaisir fabuleux et un privilège inestimable que de partager ma vision du monde et mes opinions avec des femmes et des hommes de tous les continents, de toutes les races et . Le monde tangue si fort que si nous n'en parlons pas, pour trouver des solutions justes, il va chavirer. Et nul ne devra dire: JE NE SAVAIS PAS!   Dr Morissanda KOUYATE